06 février 2007

description/présentation/mise en situation/toussaïsation...

Déjà 5 mois dans la capitale allemande, le temps passe vite, si vite que mes partiels ne sont plus que… en ce moment même ! Au lieu de bosser, je suis devant le pc, alors faisons quelque chose de plus constructif que mater des animés: créons, avec Pika, un Blog !!

Les étudiants Erasmus que je fréquente à Berlin ne savent pas faire la fête, mes week-ends sont de plus en plus ennuyeux. Les WG-Partys (fêtes dans les apparts) ne sont que de pauvres squats trop peu bruyants où les même gens, pas assez nombreux, parlent des mêmes choses à chaque fois. Ma mère m’avait pourtant dit de surveiller mes fréquentations, ça m’apprendra…
Bon, c’est vrai, comme à chaque fois, je me plains, mais ça pourrait être tellement mieux, suis-je donc à Berlin oui où merde ?? Faut que je trouve des nouveaux potes pour de nouveaux plans ! Les français, ce n’est pas ce qui manque à Berlin, bien au contraire, il y en a même trop : un bon conseil est de rester discret dans le Bahn lorsque l’on on parle (sur quelqu’un en face, ou pour dire de la merde), la dernière fois gt avec un pote dans le U-bahn, torché, à dire de la merde, une fille descend et nous dit, avec un grand sourire moqueur, « bon courage les mecs ! ». (Ayant été plus lucide, je lui aurai dit pareil vu sa tête…).

La tête ci dessous, c'est celle de mon colloc, 5 mois de cohabitation, et tout se passe à merveille !!

UBahnTrainHPIM0330HPIM0201

Que retenir de ces 5 mois passés ? Les sorties bien sûr : les bars sont nombreux, la bière abondante, de qualité, et surtout très bon marché ! Pas très étonnant jusqu’ici, mais il vient s’ajouter à cela, en seconde partie de soirée, les nombreux clubs divers et variés de Berlin !! Attention, rien à voir avec les clubs parisiens du type La Loco and co où le dj vous ressasse sans cesse les mauvais tubes de R’N’B et les derniers David Guetta. Berlin ne vit que pour l’éléctro, le vrai, sous toutes ses formes : on retrouve les formes basiques de l’éléctro telles que la minimale, la Hard Tech et autres classiques, mais on retrouve aussi plein de styles différents mixés à la sauce éléctro, telles que le rock, la pop, et plus étonnant, la musique russe et celle des balkans. Je ne jure plus que par le Balkan Beats et Dj Shantel !! Tout ce mélange de musique dans des lieux divers et variés: on retrouve beaucoup de boîtes classques, tandis certaines boites font réellement penser à des bunkers (Rosi's), dont les chiottes rappellent ce fameux passage de Trainspotting avec le suppo...

Warschauer_Strasse_AbschnittPour ceux qui ne le savent pas, j’habite à Warschauer Strasse, dans l’est de Berlin, où les loyers sont très bas de par la fuite vers le sud des allemands en quête de travail : Berlin ainsi que toute l’ex-DDR supportent un taux de chômage très élevé du fait du manque sérieux d’industrie (16,5% à Berlin). Berlin-Est est très jeune, relativement turque au sud (Kreuzberg), alternatif/punk au milieu (Fredrichshain), et assez branché au nord (Prenzlauerberg). Warschauer strasse : c’est au milieu, je croise donc des punks tous les jours faisant la manche à la station de S-Bahn tout en buvant leur Sternburg (bière bon marché (40cts) pas bonne, bénéficiant d’un large succès auprès des punks. Le punk est toujours accompagné d’un chien au minimum.

berlinmap_Ubahn


 

Le coté très pratique de Warschauer strasse est qu’il y a à la fois le S-Bahn ki part vers le centre de Berlin et plus loin ma fac, le U-Bahn qui va vers Kreuzberg (en passant au dessus de la Spree : c’est l’Oberbaumbrücke, l’une des plus belles vues de Berlin), et le Tramway va lui vers Prenzlauerberg. Toutes les (bonnes) boites et bars sont à l’Est, donc c cool, je ne perds pas de temps à me geler les pieds dans le grand froid Berlinois se faisant toujours attendre.

 Voilà, train de vie très agréable, mais pas assez festif, je prendrai des résolutions pour le 2ème semestre : sortir plus souvent, me faire de nouveaux potes fêtards, profiter plus de Berlin (même si c’est déjà de la balle hein :D).

 Ps : les berlinoises sont diverses et variées, assez jolies dans l'ensemble même si ça ne vaut pas paris, mais on y trouve son bonheur, les plus mignonnes à mon goût ont la qualité d'être toujours très bien habillées, à mon goût…

            _______________________________________________________________________________

Héhé … au contraire des anglaises, souvent très potelées, empestant plusieurs parfums à la fois (dont le si particulier parfum « Stella Artois »), exhibant en plein hiver leurs gracieux bourrelets sans pudeur ni retenue … Doit on réellement parler de « vêtements » à ce niveau là ??? 

Enfin, rétablissons l’ordre des choses : les anglaises ne sont pas que des sacs à bière (fort mal servie, d’ailleurs … ces anglais ne font décidemment jamais rien comme il faut) ; certaines sont particulièrement mignonnes, et bien que trop souvent sur-maquillées, le charme anglais est un fait réel.

Mais l’ « Erasmus Experience », ce n’est pas que ça.

Pour rappel, j’ai un semestre de retard sur l’autre Boche. Je suis donc arrivé à Newcastle-upon-Tyne il y’a bientôt deux semaines, pour une durée de 5 mois. Newcastle, pour situer un petit peu, c’est une ville moyenne (300 000 habitants), située à moins de 10 km des rivages de la Mer du Nord, au Nord Est de l’Angleterre.

DSCN5409DSCN5229

(Ici, le Centre Ville "ancien" et le Millenium Bridge de nuit.)

Mais c’est avant tout une ville étudiante : 25 % des habitants ont ainsi moins de 25 ans … DSCN5202sacrée proportion ! Deux universités concurrentes (sachant que les universités sont multidisciplinaires, ici) situées en plein centre ville, des milliers de pubs, des boîtes (très stylées, on est loin des caves electro-undagroundz berlinoises) à tous les coins de rues (particulièrement propres … interdiction de jeter le moindre mégot par terre, sous peine d’être affublé d’une amende de 60£ (soit 90 euros, donc)), des jeunes alcooliques arpentant la ville tous les soirs de la semaine, jusqu'à 3h du matin (mais en toute dignité, les anglais restent très soucieux de leur « apparence », sauf quand ils s’écroulent par terre, comme par magie).

Newcastle, c’est aussi son club de foot : véritable institution, les Geordies vouent une admiration sans faille aux Magpies, et ce malgré la carence de titre obtenus par le club (rien depuis 1966…) Il n’empêche, rien de plus impressionant que d’entendre les clameurs monter des travées de St James Park et se répandre dans tout le centre ville (puisque le stade est en centre ville, cqfd).

Pour ce qui est de la vie … c’est cher. C’est simple, tout est cher. La bière est chère (sauf les pintes de Carling, au pub, mais bon…), le vin est hors de prix, le prix de la nourriture est à lui seul un bon argument pour entamer un régime drastique (=Pintes de Carling), les cigarettes ne sont même pas abordables (9 euros le paquet !!!) … j’en ai été réduit à acheter une cartouche espagnole à un collègue français !DSCN5278

Pour ce qui est de l’ambiance « Erasmus », l’intégration à été grandement facilitée d’une part grâce à la formidable activité déployée par l’Union Student de l’université, et le contexte résidentiel d’autre part. Ainsi, je suis logé dans une résidence universitaire quelque peu à l’écart du centre ville (15 minutes de bus, rien d’alarmant), DSCN5200mais fort agréable … de nombreuses nationalités y sont représentées, et la résidence dispose de son propre bar … Ainsi, il à été facile de créer des liens avec d’autres étudiants venus de contrées plus ou moins lointaines ; il est vrai que je traîne énormément avec des français, pour l’instant, mais il me semble que, tout en prenant garde à ne pas s’enfermer dans une « solidarité franchouillarde », c’est un bon moyen de découvrir, de partager, et donc de faire de nouvelles rencontres. De plus, ça permet de se tenir au courant des très (trop ?) nombreuses soirées organisées, et de planifier quelque peu les sorties. Tenez, pas plus tard que dimanche, j’ai été voir la mer ! Ouah ! C’était … froid. Mais bon, pourquoi pas.DSCN5386

Enfin, pour ce qui est des cours … c’est la planque. 6h de cours d’histoire par semaine, auxquelles j’ai volontairement ajouté deux heures de soutien linguistique, pour une approche historique des faits assez basique, sans grande démarche de recherche, comme on nous l’avait pourtant esquissé à l’UVSQ (et c’est dire.) Bref, ces 5 mois s’annoncent de la meilleure des manières !!! 

Voila donc, en substance, un premier avis croisé sur nos différentes expériences. Mais nous ne nous arrêterons pas la !!!!

 

Alber(lin) / Pika(stle)

Posté par Pikalbert à 17:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur description/présentation/mise en situation/toussaïsation...

Nouveau commentaire